Baisse des moyens à Météo-France on a besion de plus d’effectifs

Source le net : Baisse des moyens à Météo-France : “on a besoin de plus de monde !” (francebleu.fr)

 

Réf AAM : n° 267 – 26/09/2021

Baisse des moyens à Météo-France : “on a besoin de plus de monde !”

Samedi 25 septembre 2021 à 5:04 –

Par François BretonFrance Bleu OccitanieFrance Bleu

Toulouse

Un rapport sénatorial publié cette semaine pointe du doigt le manque de moyens à Météo France. Avec un budget en baisse depuis près de 10 ans, le service public risque de ne plus remplir pleinement ses missions. Exemple à Toulouse.

La grande salle des prévisions du centre national de Météo France à Toulouse (Haute-Garonne). L’établissement s’est doté de deux nouveaux supercalculateurs. 2 juin 2021. © Radio France – Pascale Danyel

 

Des subventions en baisse de 20 % en 10 ans, des effectifs réduits d’un quart et deux tiers des centres locaux fermés. Le rapport du sénateur de la Seine-Saint-Denis Vincent Capo-Canellas, publié cette semaine, pointe du doigt le manque de moyens de Météo France alors qu’il faudrait développer “des prévisions anticipées et plus fines” pour faire face aux phénomènes météorologiques plus violents et plus localisés.

À lire aussi Météo France : un rapport sénatorial dénonce les coupes budgétaires et la baisse des effectifs

À Toulouse, où se trouvent les supercalculateurs qui permettent de modéliser les phénomènes météorologiques, 850 salariés travaillent sur les différents sites de Météo France. Ils étaient un millier il y a quelques années.

Le centre départemental de Haute-Garonne, où des prévisionnistes travaillent sur la météo dans le département, ils ne sont plus que 5 contre une vingtaine d’employés il y a quelques années. “Aujourd’hui Toulouse s’occupe non seulement de la Haute-Garonne, mais aussi du Gers, du Tarn-et-Garonne et progressivement des Hautes-Pyrénées et de l’Ariège” explique Pascal Boureau, prévisionniste retraité qui a travaillé pendant une trentaine d’années dans le service. “On est dans une situation de rétrécissement alors que nous avons un besoin de plus en plus fort de produits météorologiques avec le réchauffement climatique.”

Faute de prévisionnistes, des prévisions moins fines

À Météo France, le supercalculateur nous sort des modèles bruts qui sont affinés par des prévisionnistes. Mais plus ils sont loin du terrain, plus ils auront du mal à affiner le modèle et à comprendre la particularité du terrain”, affirme de son côté Clément Testa, salarié à Météo France et secrétaire de la section CGT Météo à Toulouse. “Ils voulaient dégraisser le mammouth, ils sont rendus à l’os.”

Face à la multiplication des phénomènes extrêmes, le gel du printemps ou les intempéries dans le Gard ces derniers jours, le service météorologique doit prévoir plus de personnes dédiées à la vigilance, qui vont surveiller la météorologie. “Sur le temps long, en climatologie, il nous faut aussi des experts qualifiés pour pouvoir interpréter le temps qu’il fera dans 10 ans ou 50 ans”, détaille Clément Testa

Le syndicaliste espère que ce rapport sénatorial permettra une prise de conscience collective, mais surtout qu’il permettra de débloquer de nouveaux moyens pour Météo France.

Post expires at 5:00 on vendredi novembre 26th, 2021